Pourquoi investir dans les biens immobiliers anciens ?

Que ce soit pour le business ou à titre personnel, investir dans l’immobilier peut se révéler véritablement lucratif lorsque l’on a le flair pour déceler les bonnes affaires. Les biens immobiliers récents sont généralement prisés, car ils s’inscrivent dans l’ère de la modernité avec des traits contemporains souvent très appréciés. Mais est-ce à dire que les biens immobiliers anciens sont dénués de tout intérêt ? Découvrez dans cet article pourquoi il est intéressant d’investir dans les biens immobiliers anciens.

Quels sont les avantages offerts par l’immobilier ancien ?

Investir dans l'ancien peut être assez intéressant, et ce, pour de nombreuses raisons.

Une localisation géographique intéressante

Du fait de leur construction à une époque fort lointaine, les biens immobiliers anciens sont souvent mieux situés que ceux érigés lorsque tous les espaces stratégiques ont été occupés. En effet, trouver un logement dans le centre-ville présentant tous les éléments de modernité n’est pas toujours chose aisée. À ce titre, les biens immobiliers anciens offrent un avantage géographique indéniable.

Acheter pour en faire sa résidence principale est le premier motif d’acquisition des bâtisses anciennes. Ces demeures généralement spacieuses et d’un style architectural imposant, se trouvent très souvent à proximité des centres urbains et des lieux de commerce, réduisant ainsi les déplacements ou à l’écart des turbulences urbaines permettant de profiter du calme et de la quiétude.

Des prix d’acquisition attrayants

Il faut savoir que les immeubles anciens relèvent d’une époque où la technologie était encore primaire. Cela pourrait être considéré comme un point faible, mais ce n'en est pas un en termes de bénéfices à faire. Les biens immobiliers anciens présentent généralement un besoin important en rénovation pour être exploitables. Pour ce faire, à superficies égales, ils sont généralement 20 à 30 % moins chers que les nouveaux, les rendant plus concurrentiels. En cas d’acquisition par un crédit immobilier, le montant du prêt peut se voir réduit, permettant à l’acquéreur de profiter d’un taux de crédit immobilier plus attractif.

Si vous achetez pour revendre, il ne fait aucun doute qu’après quelques travaux de rénovation et en considérant le facteur temps, la valeur du bien immobilier va en s’accroissant, permettant ainsi de réaliser des marges bénéficiaires non négligeables. Ce mécanisme procède d’un modèle économique observé et appliqué par certains investisseurs dans les grands centres urbains. Il est question d’acheter un bien immobilier ancien, vieux et délabré, le rénover, et le revendre en multipliant ses gains.

Le but ici n’est donc nullement d’obtenir une résidence principale. L’investisseur devra cependant, disposer de moyens assez conséquents pour assurer l’acquisition et la réalisation des travaux de rénovations nécessaires avant la revente du bien immobilier.

Quels sont les avantages fiscaux ?

Dans de nombreux pays et notamment la France, il existe des mécanismes fiscaux incitatifs pour les investissements dans les biens immobiliers anciens. La nature de ces avantages dépend de plusieurs facteurs, dont le type de biens acquis, l’étendue des rénovations à réaliser et le niveau de revenu de l’acquéreur.

Pour le cas de la France, nous pouvons citer :

  • Le dispositif Pinel ancien : pour pouvoir y bénéficier, l’investisseur doit s’engager à acquérir un bien immobilier ancien (à titre de logement ou commercial) en très mauvais état pour être loué et d’y réaliser les travaux nécessaires de réhabilitation et de viabilisation. Cette condition remplie, il peut bénéficier des mêmes taux de réduction d’impôt que pour le Pinel Classique, c’est-à-dire 12 %, 18 % et 21 % pour des engagements respectivement de 06 ans, 09 ans et 12 ans
  • Le régime Malraux : il concède au détenteur du bien immobilier une réduction d’impôt de 22 à 30 % pour les travaux de rénovation à réaliser sur un immeuble classé, localisé en centre-ville et destiné à la location. Une contrainte s’applique néanmoins dans ce régime : le bien doit être mis en location pendant une période minimum de 09 ans.
  • Le régime du déficit foncier : il relève qu’en cas de mise en location d’un bien immobilier dont les charges liées (prêt immobilier, taxe foncière, montant des travaux, etc.) s’avèrent supérieures au revenu généré par le bien, le propriétaire peut bénéficier d’une réduction d’impôt sur toute la durée de vie de l’emprunt. Mais pour cela, les revenus fonciers doivent avoir été déclarés sous le régime d’imposition du « réel ».

Investir dans l'immobilier ancien : un moindre inconvénient

Si l'investissement dans l'immobilier ancien est aussi intéressant, c'est aussi parce qu'il ne possède pas de réels inconvénients. Le principal inconvénient relève du coût des travaux de rénovation à réaliser pour les remettre au goût de la modernité. Ces travaux concernent généralement la maçonnerie, l’électricité, la plomberie et le design intérieur et extérieur. En effet, considérant leur âge, ces biens présentent généralement des caractéristiques qui sont en deçà des exigences de la population, considérant les normes des constructions des bâtiments modernes. Il faudra donc sortir le portefeuille pour financer tous ces travaux dont le coût peut parfois être important.

Vous l’aurez compris, investir dans l’immobilier ancien peut constituer sous de nombreux angles un choix très judicieux. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’épargnants y trouvent un investissement attractif. Cependant, il est important de bien prendre connaissance du marché et de s’entourer de professionnels afin de dénicher l’investissement qui sera le plus profitable pour vous.